Fin de précarité

Voilà, j’ai réussi mon concours de catégorie A et j’intègrerai au mois de novembre la fonction publique en tant qu’ingénieur dans l’enseignement supérieur en tant que titulaire ! A priori, aucun changement pour moi puisqu’il s’agit des mêmes missions que j’accomplis, au même endroit…  Dans les faits, c’est autre chose, c’est la fin d’une précarité et d’une incertitude qui n’a fait que croitre ces dernières années en raison de ma santé.

Je n’aurai donc plus à m’inquiéter pour l’année suivante : mon contrat sera-t-il reconduit ? Suis-je assez légitime dans mon travail ? Le concours a balayé ces questions. D’une part, il m’a permis de prendre réellement conscience de mes compétences sur mon poste et de reprendre confiance en moi, d’autre part, je peux enfin faire des projets de véritable installation à Lyon auprès de ma famille et de mes amis.

Oui, c’est la fin de la précarité… En plus de cela, je viens de recevoir un état de mes trimestres à effectuer avant de prétendre à une retraite. Fin 2014, je devais encore cotiser 29,5 ans d’après mes calculs. Je partirai à la retraite à 64,5 ans donc. Si je ne m’étais pas arrêté de bosser un an, j’aurai pu partir plus tôt. Mais cela a-t-il encore un sens pour ma génération ?

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s