Images de Vedène

La famille, c’est Vedène.

La première fois que je suis allé à Vedène, dans le Vaucluse, c’était pour les funérailles d’une arrière grande-tante, morte à l’age vénérable de 102. C’était en juillet 1998 et j’avais 18 ans. Il faisait une température caniculaire. Je me souviens que nous étions allé lever le cercueil à la chambre mortuaire, puis nous nous étions rendu à l’église en voiture. La fraicheur de cette vieille église nous avait apaisé. Après la cérémonie, nous avions effectué à pied derrière la voiture le trajet menant mon arrière-grande tante Lucie à sa dernière demeure, au cimetière communal situé près d’une autoroute. Une de mes grandes tantes avait fait un malaise en raison de la chaleur… Le soleil tapait dur et le chant des cigales ajoutait à la torpeur estivale une mélodie qui nous engourdissait.

J’ai aussi connu Vedène sous l’orage, et quand le tumulte estival se déchaîne dans le Vaucluse, ce n’est pas à moitié. Des torrents de flotte s’écoulaient le long des tuiles canal, et nous regardions le ciel noir obscurcir la colline du vieux village avec son château.

Vedène n’a en soi pas beaucoup d’intérêt si ce n’est le pittoresque du vieux village. La ville est devenue la banlieue d’Avignon. Le maire n’a pas lésiné lorsqu’il a accordé des permis de construire : des lotissements innombrables se sont bâtis, si bien que les champs ont disparu. Partout, des lotissements construits en parpaings, couverts de crépis ocres ou jaunes, quelques fois des piscines, et généralement un gazon qui supporte mal la sécheresse.

Cette vision est proprement cauchemardesque pour celui qui n’apprécie guère ce genre d’urbanisme. La villa de lotissement n’est absolument pas ma tasse de thé. Je suis davantage intéressé par un bel appartement haussmannien au coeur de Paris. Si un jour je gagne au loto, ce serait un bel investissement.

Cela dit j’ai connu pire…

Pourtant le Vaucluse est une belle région, mais les ravages de l’urbanisation ont transformé la région avignonnaise en une banlieue homogénéisée. Les châteaux et les mas ont été engloutis dans le ciment, les ZAC et le gazon entretenu à coup d’engrais.

Je serai de retour à Vedène à la fin du mois pour le mariage d’une cousine. Nous irons à la mairie puis nous irons fêter ça par une réception au bord du Rhône…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s