Samuel Chappuzeau (1625-1701), polygraphe, homme de lettres

Samuel Chappuzeau est né le 16 juin 1625 à Paris dans une famille protestante originaire du Poitou issue de la noblesse de robe mais néanmoins pauvre. Son père était avocat au conseil privé du Roi. Il fit ses humanités à Chatillon-sur-Loing dans le Gâtinais, alors place forte des Coligny, et des études de philosophie au Collège de Genève. Revenu en France, il abjura le protestantisme mais y revint à l’age de 19 ans  et poursuivit alors des études de théologie à l’Académie de Montauban. Il obtint le titre d’avocat du Parlement de Paris. et se mit alors à voyager. Il se rendit en Angleterre, passa en Ecosse puis en Allemagne où il enseigna à Cassel. Il arrive finalement à Lyon où il s’installe quelques années comme correcteur d’imprimerie vers 1651. Il prend une épouse, protestante et genevoise. Après six ans, il passa en Hollande où il se mit au service de la maison d’Orange. Il fut le précepteur du futur roi d’Angleterre Guillaume III. Ses pérégrinations le mènent ensuite dans le Palatinat, à Berlin, à Paris en 1662, puis en Italie. Il s’installe ensuite à Genève en 1666 où il obtint droit de bourgeoisie. Après un autre voyage  qui le mena du Sud de la France en Angleterre puis à nouveau en Allemagne et en Suisse, il s’installe à Paris mais est se retrouve à nouveau sur les routes en raison de la Révocation de l’édit de Nantes. Il est accueilli par le duc de Brunswick-Lunebourg à Celle en Basse-Saxe où il exerce la fonction de gouverneur des pages jusqu’à sa mort qui survient au mois d’août 1701.

Homme de lettres, il mit sa plume au service de plusieurs auteurs et produisit une œuvre théâtral assez prolifique. Il écrit et publie à Lyon une pièce, le Cercle des femmes, ou les secrets du lit nuptial. Il  rencontra plusieurs fois Molière à Lyon entre 1654 et 1655. Son œuvre théâtrale se poursuit alors qu’il sillonne les routes d’Europe. En 1657, il publie à Amsterdam Pythias et Damon ou le Triomphe de l’amitié,  et en 1658 Armetzar ou les Amis ennemis, à Leyde, deux tragi-comédies. En 1661, il fit jouer sa pièce le Riche impertinent par la troupe de Molière au Palais-Royal. Elle est jouée l’année suivante par la troupe de l’Hôtel de Bourgogne mais change le titre de la pièce pour la circonstance. D’autres pièces jouées par cette troupe suivront.

L’œuvre de Chappuzeau ne se limita pas au Théâtre. Des ouvrages d’histoire, des récits de voyage, ou sur l’état des maisons princières sont rédigées. Les Lyonnais le connaissent pour la publication en 1656 de Lyon dans son lustre, qui est une glorification de la ville et du pouvoir des échevins d’ailleurs stipendié par les autorités. En 1662, il donne une traduction des Entretiens d’Érasme. En 1667 et 1668 il publie à Genève l’Europe vivante, reprenant ses notes de voyages et des portraits des souverains européens. Le troisième tome est consacré en 1671 aux États allemands et paraît sous le titre de L’Allemagne protestante. Suit en 1673 une relation sur la Maison de Bavière et un Théâtre françois, un ouvrage historiographique sur le théâtre sous le règne de Louis XIV. Il se chargea de l’édition des deux premiers tomes des Voyages de Jean-Baptiste Tavernier en 1675 mais se brouilla avec l’auteur. Un projet de traduction du Lexicon universale de Johann Jakob Hoffman paru à Bâle en 1670, et un autre d’un grand dictionnaire historique et géographique avortent en 1681 du fait de l’opposition des libraires lyonnais Girin et Rivière, qui voyaient dans ce projet une concurrence au Grand dictionnaire historique de Louis Moréri dont ils avaient privilège. Finalement, l’impression de la traduction d’Hoffman a lieu en 1682, et le projet de dictionnaire se concrétise en 1694. Entre temps, Girin et Rivière avaient fait faillite à Lyon et Chappuzeau s’était exilé en Allemagne.

Références :

> J. Caullery, «Notes sur Samuel Chappuzeau», Bulletin de la Société d’Histoire du Protestantisme Français, 58 (1909).

> Georges Monval, préface de la réédition du Théâtre français, Paris, Bonnassies, 1876, 18 p.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s