Les rives du Lac

Curieuse ville que Neuchâtel.

D’abord, on y arrive en train par le haut de la ville après avoir longé le lac pendant une quarantaine de kilomètres depuis Yverdon. J’y suis arrivé un matin de septembre, entre les coteaux et les premiers contreforts du Jura d’un coté, et l’onde de l’autre. Le ciel sombre et brumeux et sans vent, le lac était d’huile. Sur ce lac, si peu d’embarcations si ce n’est une ou deux péniches venant du nord. Et puis la ville. On aperçoit le château en arrivant puis on arrive rapidement à la gare. Il faut ensuite descendre vers la « ville utile » puisqu’on est dans un quartier résidentiel avec quelques immeubles d’affaires peu folichons. On peut rejoindre les rives du lac par un funiculaire, ou simplement à pieds. Ce n’est pas sans rappeler Lyon. C’est comme si la gare se trouvait à flanc de colline, à l’Antiquaille.

Je suis descendu par une petite rue raide, et je suis tombé directement sur le bâtiment central de l’université (j’étais leur invité). Il est étonnant de voir comment toutes les universités françaises ou suisses ont des vieux bâtiments de la fin du XIXe siècle ou du début du XXe siècle assez ressemblant d’un point de vue stylistique.

Ne sachant où me rendre, je me suis dirigé vers le lac et ses eaux paisibles en traversant un campus tout aussi paisible et agréable. Neuchâtel est une ville formidable pour un universitaire : un cadre de travail tranquille et très naturel. Je comprends mieux pourquoi l’ancien président de l’université Lyon 2, accessoirement un de mes professeurs jadis, a quitté ses fonctions pour venir y enseigner deux jours par semaine.  Le Campus dédiés aux Sciences humaines et sociales est situé non loin du centre. Le quartier le séparant de la vieille ville est propre et me rappelle Genève, en plus petit. Le Campus est aussi situé à quelques mètres du lac. Les étudiants viennent travailler ou discuter sur des bancs et un petit café permet aux publics de l’université de se retrouver au soleil avec vue sur les flots et au-delà, vers les Alpes suisses.

IMG_3870

La vieille ville en elle même est assez exigüe. En une demi-journée on a fait le tour de ce qu’elle propose, mais on y trouve un patrimoine intéressant. Le château s’est construit sur un éperon rocheux dominant le lac. Le bourg s’est développé en-dessous puis s’est étendu à l’époque moderne sur les alluvions de la rivière Seyon puis le long du lac. Il en résulte une continuité architecturale des bâtiments assez intéressante, avec de jolies façades du XVIIIe siècle et la présence imposante du château abritant aujourd’hui le Conseil d’Etat du Canton.

Il ne faut pas oublier non plus que la ville fut et reste une place importante du protestantisme de tendance calviniste. Guillaume Farel s’y installa et fit rayonner la ville au-delà même de la Suisse. On y trouve à côté du château une collégiale, ressemblant étrangement et en beaucoup plus petit à la cathédrale Saint-Pierre de Genève. Devant l’entrée du temple, une statue de Farel élevée au XIXe siècle traduit bien l’exaltation religieuse du Réformateur et le principe protestant de la Sola Scriptura.

IMG_3790

Sur l’esplanade de la Collégiale, près des remparts, deux bancs en pierre ont été amenés de la promenade des bords du lac. Honoré de Balzac y discuta avec Madame Hanska lors de leur première rencontre en septembre 1833.

Les rues de la ville sont parsemées de jolies fontaines construites aux XVIe et XVIIe siècles, dont une qui m’a assez impressionnée tant l’iconographie la consacrant est devenue désuète : l’allégorie de la justice, les yeux bandés et tenant une balance d’une main, un glaive dans l’autre.

IMG_3838

Mais ce que je retiens, ce sont les rives du lac et sa vue sur les Alpes, à peine visibles en raison du temps nébuleux au petit matin. La ligne d’horizon déchirée par ces sommets contrastait au petit matin avec la tranquillité longiligne du lac. Une douce lumière venait éclairer les flots. Ce spectacle peu commun pour l’étranger que je suis a eu de quoi m’apaiser dans ce mois de septembre agité.

IMG_3911

D’autres photographies sont disponibles sur mon compte Flickr. J’ai créé un album et je l’alimente progressivement des clichés que j’ai pris.

https://www.flickr.com/photos/nuitsartemisiennes/sets/72157647337078797/

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s