Chez Diogène

A chaque fois que je me rends chez Diogène, rue Saint-Jean, c’est comme si j’avais trouvé, tel Ali Baba, la caverne au trésor. Les livres s’entassent sur les étagères, dégueulent dans les couloirs, se nichent dans les coins. Une librairie démentielle, aux livres anciens bon marché. J’ai trouvé une Histoire du Calvinisme de Louis Maimbourg à prix raisonnable. Un peu plus loin, les livres modernes d’histoire, de philosophie, de littérature me tendent les bras. Une histoire du chevalier d’Eon par Gallardet à 20 euro, un reprint de Paradin à 10 euro, cinq études lyonnaises d’Histoire au même, prix, une vieille thèse d’histoire de la médecine à 12 euro. J’y passe des heures, et cela me fait du bien de me trouver dans un endroit qui ne ressemble pas à une usine à vendre, mais à un temple dédié à la curiosité.

En face de la librairie, il y a une librairie, dans laquelle je ne suis jamais entré, ce n’est pas vraiment une librairie, c’est un immense foutoir souvent fermé, mais que j’irai visiter : Hérodote.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s