La Voie Sacrée

Lors de mon séjour romain, j’ai absolument voulu arpenter la Voie Sacrée sur le Forum romain. La première fois que je le fis, j’avais vingt ans et le Forum était encore gratuit. Il y avait beaucoup de monde, en cette année de jubilé et je n’avais pas les clés nécessaires pour y ouvrir les portes de l’Histoire et saisir la portée symbolique des lieux.

Cette fois-ci j’ai payé mon écot. Le billet incluait aussi la visite du Colisée et du Palatin. Pour douze euros, le prix est raisonnable, et il faut entretenir ce patrimoine si précieux pour notre culture. La visite du Colisée fut l’occasion d’apprécier la grandeur de l’édifice, la prouesse architecturale et la vue sur les environs, mais rien ne m’a incité à y rester : la cohue des touristes, et hélas, peu d’inscriptions et  d’artéfacts y sont visibles.

Apercu du Colisée

La colline du  Palatin fut elle est d’un très grand intérêt. La Rome mythique y trouve son fondement, recèle quelques trésors et un calme apaisant règne sur les lieux. Les restes du complexe palatial ne donnent qu’une idée générale du cadre grandiose et de son raffinement. Le lieu de résidence des empereurs n’est vraiment devenu monumental que sous le règne de Domitien, le dernier empereur de la dynastie des Flaviens se voulant comme en Orient « Dominus et Deus, » il fallait un écrin digne d’un dieu.

L’antiquarium  permet de voir quelques statues et reliefs très intéressants des différents palais de la collines trouvées lors des fouilles. Mais le meilleur des trouvailles est visible dans les collections du Museo Nazionale romano, en particulier au Palazzo Altemps et au Palazzo Massimo. Outre cela, la Domus Augustana conserve quelques jolies décors peints. Il me semble que c’est la première fois que j’étais en contact avec des fresques ou peintures romaines. La diversité chromatique, m’a énormément frappé, en particulier l’usage de des teintes rouges et ocres, omniprésentes.

Le Palatin est aussi une place de choix pour des vues inédites sur Rome.

Mais le Forum romain l’emporte par la richesse de ses monuments, de ses inscriptions et la symbolique des lieux. La Voie sacrée servit de fil rouge à ma visite, que je fis en compagnie d’un livre, le Guide archéologique de Rome de Filippo Coarelli, auquel j’avais recours lorsque mes connaissances historiques et archéologiques me faisaient défaut.

Lorsque les généraux vainqueurs arrivaient à Rome, on célébrait leur triomphe sur cette voie qui passait au coeur du Forum pour ensuite gravir le Capitole jusqu’au temple de Jupiter Optimus Maximus, (le Meilleur, le Plus Grand), célébrer un sacrifice de boeufs pour se purifier du sang versé  Les prises de guerres, prisonniers, butin, chefs capturés, puis les membres du Sénat, les chefs captués précédaient le char du général vainqueur, l’Imperator. A partir de l’Empire, le Triomphe est réservé aux empereurs.

La Voie sacrée, montant vers le temple de Jupiter Capitolin

Tout Triomphe était exceptionnel pour un Romain, les fastes de l’Empire, et les Romains se pressaient le long du parcours. Il partait du champ de Mars, évitait le Capitole pour arriver au Circus Maximus, puispassait entre le Coelius et le Palatin jusqu’au niveau du Colisée, puis s’engageait sur le Forum romain par la Voie  Sacrée.

Elle débute au niveau du temple de Romulus, en face de la Maison des Vestales et,  laisse la Basilica Aemilia à droite, puis la Curie, et tourne brusquement à gauche pour s’engager dans la montée du Capitole entre le Temple de la Concorde et le Temple de Saturne.

Nourri des écrits de Tacite, la visite de la Curie fut pour moi un instant d’émotion, car j’étais au coeur du pouvoir de Rome. Du moins je le crois. Paul Veyne, dans Le Pain et le cirque a décrit le Sénat comme une assemblée schizophrène : désirant le pouvoir mais refusant de l’exercer à chaque fois qu’un empereur un peu libéral lui en donnait l’occasion. La Curie n’est pas un édifice spectaculaire, lorsqu’on le regarde de l’extérieur. Elle répond aux principes d’équilibres conçus par Vitruve. En revanche, en entrant à l’intérieur, la hauteur de l’édifice et son exiguïté donne un sentiment d’espace. Je n’ai pas pu apprécier à sa juste mesure les dimensions du bâtiment en raison d’une exposition d’artefacts romains.

Quelques parements de marbre ont été conservés sur les parois ; des niches montrent encore des peintures chrétiennes du Haut Moyen-Age, elles abritaient jadis des statues d’empereurs ou de dieux. J’ai pu identifier l’emplacement de la statue de la Victoire de Tarente sur le podium au fond de la salle. l’agencement des marches, peu élevées donne une bonne idée de la répartition de l’Assemblée qui n’a jamais été un hémicycle. Le sol nous était caché par le plancher noir de l’exposition, si ça n’avait pas été le cas j’aurais pu observer un sol en marbre polychrome.

Et que dire des colonnes du temple de Saturne et du temple de la Concorde s’élançant encore majestueusement sur leur podium ?

Tout invite à une réflexion, « classique », à la Gibbons, sur la grandeur et la décadence des civilisations et plus encore sur le temps, sa fuite inexorable du temps, où tout passe, les empires comme les Hommes.

Le long de la Voie sacrée, je n’étais pas nostalgique de ce que certains considèrent comme un âge d’or pour l’humanité. Les imperfections de Rome ( fuite des métaux précieux vers l’Orient, dépenses somptuaires, importance du pouvoir militaire, jeu et stupre dénoncés par Sénèque et Pétrone) ont causé sa chute autant que les facteurs externes : christianisme et pressions aux frontières de l’Empire.

En foulant la Voie sacrée, j’étais juste admiratif d’une autre Rome, peut être idéalisée, celle du Droit, des Arts et de l’Esprit, l’hubris des de généraux ambitieux et d’empereurs écrasés par le poids du pouvoir, les raffinements d’un style de vie aussi, imité puis adopté par le reste de l’Empire.

Marcher sur la Voie sacrée, c’est se bercer de cet héritage encore vivant aujourd’hui, d’en comprendre le prix, et d’accepter en somme sa part de romanité par pèlerinage  à sa source même, entre le Palatin et le Capitole.

Une réflexion sur “La Voie Sacrée

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s