Un nouveau Président…

Il y repensera en se rasant, peut-être, l’ancien président de la République, à ces cinq années de gouvernement.

Nicolas Sarkozy a été battu par François Hollande. Le premier a rassemblé  48,38% des voix. Le second, vainqueur  51,62% des voix. La victoire est donc courte, plus courte que celle de Nicolas Sarkozy, mieux élu, en 2007.  Le taux de participation s’élève à 80,34% .

La victoire de M. Hollande est vraiment courte, et le rejet de Sarkozy ne fut pas massif. Les électeurs en voulaient apparemment plus au style qu’à la politique qu’il mena, assez opportuniste, et plus pragmatique avec la crise…

Il est bien trop tôt pour tirer un bilan  de ces cinq années de gouvernance chaotique.

La politique trop libérale de Sarkozy pour une droite bonapartiste, trop autoritaire jusqu’à lorgner sur le FN dans les dernières années ; les connivences plus ou moins marquées avec les grands patrons, rôle diminué du gouvernement et du Parlement par une Omniprésidence,  sans oublier les casseroles et l’étalement d’une vie privée qui ne regarde que lui dans la presse… Le sarkozysme n’aura été qu’une suite éprouvante d’annonces sans véritable ligne politique, sans projet, guidée par l’opportunisme et la rancune d’un type de droite qui l’a érigée en programme politique…

Je m’interroge aussi sur la droitisation de la société française. En fin de compte, si le score de Sarkozy est élevé, cela n’invalide en rien son action sur la délinquance, l’immigration, l’identité nationale… François Hollande sera tenu de ménager cet électorat qui pourrait en 2017 ou bien avant se réfugier dans les bras de Marine si le président ne répond pas à leurs attentes.

Et je mesure à quel point la politique et les méthodes de Sarkozy ont accru ma politisation, et à suivre de façon plus détaillée l’actualité politique… Je date ce basculement de l’adoption de la LRU qui me touchait directement.

Le prochain président aura une tache rude : rassembler un pays divisé, et marcher sur les oeufs en ne donnant pas tous aux marchés, instaurer une politique sociale tout en ménageant les conservatismes… Bref, on aura peut-être comme d’habitude une bonne dose d’immobilisme, mais avec un président moins turbulent. En bien ou en mal, nous serons en mesure de juger si ses mesures seront les bonnes. Bien sur, rien n’est joué tant que les élections législatives ne seront pas passées…

Pour l’instant,  je savoure une « victoire » sans enthousiasme. Mon vote ne constitue pas un blanc-seing pour François Hollande, mais sa victoire a le mérite de me donner du baume au coeur et de ramener un peu de joie dans les vagues moroses d’une crise économique et morale qui agite l’Europe et la France depuis déjà deux ans.

Le travail du nouveau président sera énorme. Je souhaite bonne chance à M. Hollande !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s