Et l’Eglise du Bon-Pasteur ?

Didier Rykner, historien de l’art, a visité à la fin du mois de janvier les églises du Bon-Pasteur et de Saint Bernard sur les pentes de la Croix-Rousse à Lyon. Il a consacré un article dans la La Tribune de l’Art  que je vous invite à lire sur ces églises dans un état de vétusté déplorable. Ces édifices m’ont toujours intrigué car je n’y suis jamais rentré et je me suis toujours inquiété de leur état. Bien que du XIXe siècle, elles possèdent leur intérêt et leur histoire.

La première église, celle du Bon Pasteur, est au coeur des Pentes, rue Neyret, devant ce qui fut l’Ecole des Beaux-Arts qui a déménagé il y a quelques années pour les Subsistances. La première pierre a été posée en 1869, et les plans sont de Clair Tisseur. L’église fut désaffectée en 1984, mais j’ignore à qui elle appartient : à l’Etat ou à la Ville ?. Certainement pas au Diocèse de Lyon puisque la loi 1905 s’applique aux édifices construit avant cette date. En tout cas, l’église n’a jamais été restaurée. J’ai toujours connu cette église fermée. Mais ce que j’ignorais, c’était que son intérieur a été profané, taggé : la chaire a été endommagée à coups de masse. Le choeur est couvert de tags, et la plaque dédiée aux morts de la Guerre de 14-18 n’échappe pas au vandalisme.

Les promoteurs se réjouiraient avec eux. Pourtant, l’église possède quelques petits trésors. D’abord, des vitraux du maître Lucien Bégule dont certains ont été cassés récemment. Le peintre Tony Tollet a aussi travaillé à la conception de fresques dans le choeur.

L’autre église concernée par l’article est l’église Saint Bernard, édifiée sur les plans de Tony Desjardin en pierres dorées des Monts-d’Or, au-dessus de la place Colbert, un peu plus haut sur les Pentes. L’édifice est menacé d’écroulement, fragilisé par le percement du tunnel du métro en-dessous. Le terrain, une ancienne moraine, est lui même instable. Si des étaix ont permis de stabiliser la structure, sont sort demeure incertain. L’église possède aussi des vitraux de Lucien Bégule, mais certains ont été victime de caillassages.

J’apprends par cet article que ces bâtiments ne sont pas classés aux Monuments historiques, et n’entrent même pas en compte dans le budget de la Ville de Lyon, et ne fait même pas partie des prochaines rénovations prévues.

J’apprends aussi que le budget de la ville de Lyon alloué au patrimoine, est d’à peine 10 millions d’euro, ce qui paraît dérisoire par rapport à l’ensemble du patrimoine historique lyonnais. L’auteur de l’article déplore surtout que les bâtiments soient peu sécurisés, et continuent à être l’objet de déprédations qui, pourraient altérer davantage ces bâtiments.

Le désintérêt de la municipalité et des Croix-Roussiens est certes à souligner. Les églises sont en dehors des circuits touristiques des Pentes. Mais si rénovation il y a, on pourrait envisager des usages pratiques et utiles à la collectivité. La ville récupèrerait ainsi de l’espace pour des activités culturelles par exemple.

La Ville de Lyon préfère investir dans la desserte d’un stade au lieu d’assurer la pérennité de son patrimoine. Ce n’est pas parce qu’un bâtiment ancien n’est pas classé qu’il n’a pas d’intérêt. C’est aussi oublier que La Croix-Rousse ne fut pas qu’une colline d’artistes et de bobos. Elle fut aussi une colline d’ouvriers, de canuts, et de croyants où s’épanouissait un catholicisme social et militant. Ces églises sont aussi de beaux exemples de l’architecture religieuse lyonnaise du XIXe siècle  : Tony Desjardins, Gaspard André, Clair Tisseur,   Bossan, ont ainsi jalonné la ville de ces édifices qui sont encore aujourd’hui des repères dans l’espace urbain.

4 réflexions sur “Et l’Eglise du Bon-Pasteur ?

  1. Une association dont je suis vice président, l’Esprit Canut, dont le but est d’encourager la création d’un véritable musée de la soie et des ouvriers tisseurs, a proposé à la mairie d’établir dans Saint Bernard ce musée. Lieu idéal en face de la Cour des Voraces.
    Silence radio depuis plus de dix ans (même intérêt pour le patrimoine que dans l’affaire de l’Hotel-Dieu, ce qui étonne de la part d’un municipalité prétendument de gauche…)

    • Je savais l’état de l’église Saint Bernard peu reluisant, mais celui de l’église Bon-Pasteur m’a pour le moins choqué, ce que montre la Tribune de l’Art.
      L’idée d’un musée de la soie et des ouvriers est une excellente idée, le lieu est idéal et entre effectivement en accord avec la Cour des Voraces et le passé canut des lieux.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s