Elections historiques à l’université Lyon 3

Mardi dernier, les enseignants et personnels de l’université Lyon 3 votaient pour élire leurs représentants aux Conseils centraux. La mobilisation a été élevée : de 60 à 80 % selon les collèges.  La liste Lyon 3 Ambitions menée par le Vice-Président de la Recherche, M. Comby, arrive en tête, mais le score est serré avec la liste Avenir Jean Moulin menée par le directeur de l’IAE et le doyen de la Faculté des Langues, accusés par les mauvaises langues d’être des « bébés Guyot ».  Le fantôme de Gilles Guyot rôde toujours à Lyon 3. L’ancien président de l’Université, de 1998 à 2003 n’a pas laissé que de bons souvenirs, sa présidence a été entachée de scandales financiers, de soupçons de négationnisme et de favoritisme.

La liste Lyon3 Ambitions l’emporte de peu : de 6 voix chez les professeurs, et d’1 voix à peine chez les Maîtres de conférences. Parmi les personnels, L’intersyndicale regroupant la FSU, l’UNSA, la CGT arrive en tête avec un total de 4 sièges sur 11. la liste Proposer et Agir, soutenue par le SGEN-CFDT arrive seconde avec 2 sièges. Ces deux listes soutiendront l’action de M. Comby si elle va dans le sens de leurs engagements à plus de transparence et de prise en compte des personnels.  Si les effectifs étudiants sont en hausse cette année, le taux d’encadrement administratif est le plus faible de France: environ 600 personnes, dont 1/3 de contractuels, et 25 000 étudiants.

Les personnels comme les enseignants, malgré l’incertitude de l’avenir ont donc voté pour un changement de direction qui prenne en compte leurs préoccupations. Le président sortant a été élu par une coalition hétéroclite qui souhaitait sortir de l’ère Guyot, mais cette coalition n’a pas été capable de s’entendre sur des objectifs communs. De ce fait, la présidence de M. Fulchiron bien qu’ayant assainie l’Université et normalisé l’image de Lyon 3 s’est retrouvée plusieurs fois en situation délicate puisqu’incapable d’accorder les courants discordants qui l’ont soutenu ; et s’est pris les pieds dans le tapis de la LRU qui l’a étranglée financièrement en acceptant trop timidement les conditions du Ministère de l’Enseignement Supérieur. La marge de manoeuvre de M. Comby sera plus ample, et permettra au futur président de travailler sans compromission, mais dans un esprit d’ouverture.
Dans l’ensemble, les points soutenus par M. Comby ont séduit les enseignants : sa volonté de transparence et de dialogue, son énergie, et son charisme tranchant avec la réserve polie de M. Fulchiron l’ont emporté. M. Comby prône une ouverture et un dialogue avec l’ensemble des personnels de Lyon 3, enseignants comme administratifs. L’enjeu est de taille : la fusion annoncée avec les autres universités lyonnaises tarde à se concrétiser, et pourrait léser l’établissement. M. Comby souhaite donc peser sur les négociations avec ses collègues lyonnais, mais surtout avec Lyon 1 qui pourrait couler Lyon 2 et Lyon 3. Une union des deux universités de Sciences Humaines et sociales est donc souhaitable pour mieux peser contre les scientifiques de La Doua. 

Ensuite, M. Comby souhaite renégocier les dotations du Ministère de l’Enseignement Supérieur, trop faibles à ses yeux. Lyon 3 est étranglée par une logique comptable que la LRU a imposée à l’Enseignement Supérieur,  et des moyens qui augmentent peu : les investissements et le fonctionnement des composantes en pâtit. Il remettra donc la comptabilité à sa place.Historiquement, la victoire de la liste Lyon 3 Ambitions est un tournant pour l’établissement. M. Comby ne cache pas son orientation politique à Gauche. Lyon 3 n’a connu que des président de Droite, et s’est créée en réaction à l’appropriation des universités par la Gauche aux lendemains de 1968. Cette spécificité de Lyon 3  va bientôt prendre fin avec la fusion. Dans les faits, les enseignants travaillent déjà, pour la plupart, avec leurs homologues de Lyon 2. La fusion et bute sur la gouvernance et les moyens qui seront donnés aux composantes : facultés et instituts.

L’habileté de M. Comby à négocier ne sera pas de trop à l’avenir, d’autant plus qu’il faut s’attendre à des moyens toujours plus réduits pour des attentes toujours plus exigeantes de la part des politiques, de Droite comme de Gauche

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s