Le « Pacte 2012 » de l’Institut pour la Justice

Je vois plusieurs de mes amis sur les « réseaux sociaux » soutenir le « Pacte pour la Justice » présentée par l’IPJ, « Institut pour la Justice », association loi 2001 regroupant des « citoyens responsables et indépendants » soucieux de rendre la justice plus « équitable »  pour le maintien d’une paix « sociale et civile ».

Cette association regroupe plus de 400 000 « sympathisants »… des « experts » reconnus, et un « réseau de victimes et de parents de victimes ». On ignore combien l’association regroupe d’adhérents, qui sont les experts en questions, et quelles sont les victimes et familles de victimes ayant rejoint cette association.

Cette association a lancé un « pacte pour la Justice » au mois de novembre se composant d’un texte pour « réformer en urgence notre Justice », c’est-à-dire la « recentrer sur sa mission première de protection des citoyens ». Les réseaux sociaux ont largement diffusé cet appel, ainsi qu’une vidéo d’un père de victime, M. Joël Censier ayant rejoint l’IPJ à cause d’une justice qu’il juge trop laxiste vis-à-vis des prévenus ayant tué son fils…

Pour faire simple, la pétition et les pétitionnaires souhaitent durcir la Justice par le pacte contre les « délinquants et les criminels ».

Je ne suis pas juriste, mais historien. J’ai vu beaucoup de mes amis relayer cette pétition et ce pacte. Les propositions  traduisent un malaise croissant entre la justice et les citoyens. Je peux comprendre celles et ceux qui sont signés ce pacte, mais la méthode employée par l’IPJ sont nauséabonds et fleurent bon l’Extrême-Droite.

Maître Eolas a bien montré dans son billet comment l’IPJ profite  de la douleur de M. Censier pour inciter les internautes à signer la pétition. L’association tente de susciter l’empathie, l’émotion, et la colère puis invite l’internaute à souscrire au pacte. D’autant

La disqualification de la Justice par le pacte traduit aussi et surtout une incompréhension des citoyens sur le fonctionnement et les missions de la justice. Le Pacte tend aussi à minorer les droits des accusés au profit des victimes. C’est oublier que le présumé coupable, l’agresseur, le criminel, a aussi des droits garantis par la loi.  La justice n’oppose pas des victimes et des accusés, elle oppose des parties. Si l’art oratoire est important pour influencer le jugement final, il faut considérer que le système judiciaire français est basé sur une procédure inquisitoire : le juge pèse en fonction des éléments que les parties lui apportent, et chercher des preuves visant à accuser le présumé coupable….

Je connais moi même assez mal le monde judiciaire et son fonctionnement. Comme je travaille avec des juristes, je suis de plus en plu intéressé par le Droit, mais pas par ses représentants. La Justice est une grosse machine. Aussi, je trouve grossier et révoltant la dévalorisation de la Justice en usant de lieux communs, en ne voulant pas faire de distinction, en mettant tout dans le même sac.

En affirmant « qu’une partie du monde judiciaire (laquelle ?) est déconnectée des préoccupations du peuple français alors qu’il juge en son nom » l’IPJ tente de démontrer que les magistrats ne font pas partie du « peuple ».  Les magistrats sont aussi des citoyens et font à ce titre partie du peuple. Cependant, par leur mission supposant l’objectivité et l’impartialité, Les magistrats n’ont  pas à être proche des préoccupation du peuple, contrairement aux avocats qui prennent fait et cause pour leurs clients. Ou est le problème ? Le « monde judiciaire », formule nébuleuse visant à accuser sans nommer, serait donc un monde à part dans la société…Pourtant, ce « monde » ne fait qu’utiliser et qu’appliquer ce que dit la Loi.

L’IPJ use de syllogismes et d’arguments réactionnaires qu’elle fait passer par le registre de l’émotion. Ainsi, juges et délinquants sont mis dans le même sac, par l’éternel ressort de la négation de justice.

Plus grave à mon sens, l’initiative de l’IPJ est une attaque contre l’un des piliers de l’Etat : le pouvoir judiciaire. Si il y a déni de justice, c’est-à-dire in fine d’un Etat de droit, alors l’égalité des citoyens devant la Loi est affaiblie et disqualifiée.

En m’intéressant à cet obscur Institut pour la Justice, j’ai trouvé sur le web que la principale tête pensante de cette association n’est autre qu’un ancien militant d’Extrême-droite, ayant officié à Occident… Cela justifierait les idées, sous-entendues au « pacte » : obsession d’une justice punitive, impératifs sécuritaires…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s