Game Boy, 1991

Dans le rubrique « mon premier contact avec… » voici la suite, consacrée aux consoles de jeux !

Juin 1991. Je suis immobilisé chez mes parents à l’age de 11 ans, pour m’être ouvert le genou en jouant à cache cache. un clou rouillé m’a s’est enfoncé sous la peau. Ma mère m’emmène chez le pédiatre. Il me met deux agrafes, après avoir endormi ma peau avec de l’ether. Ma mère manque de faire un malaise, éthérée elle aussi. Le pédiatre gère. J’ai mal mais je ravale mes larmes.

Afin de ne pas me laisser sur le canapé sans rien faire. ma mère m’emmène dans un magasin de jouets de Tassin-la-demi-Lune. Au départ on devait prendre un jeu électronique. Puis la vendeuse nous conseille une console japonaise sortie du Pays du Soleil Levant, pas trop chère : la Game Boy, première console portative, alimentée par 4 piles LR6 que nous prîmes rapidement rechargeables.

Tetris était fourni, et on acheta un jeu de shoot japonais importé dont je n’ai jamais su le titre, puisqu’il était écrit en caractères nippons. Peu importe. J’ai été un des premiers à avoir la Game Boy dans mon quartier. La consécration le mois de juin 1991, lorsque dans la cour de récré on nous autorisait à amener des jeux. Je prêtais ma Game Boy pour un laps de temps à des camarades qui avaient dans leurs yeux un désir fou de la posséder.

J’ai donc eu à un moment de ma vie un pouvoir immense entre mes mains, celui de disposer d’ une cour de joueurs curieux qui n’avaient QUE une NES chez eux, misérable console rendue obsolète par l’arrivée de la Game Boy. Il m’est donc arrivé une fois d’être supérieur à mes camarades pourris-gâtés de classe. Merci Maman.

J’y ai beaucoup joué bien entendu, mes frères aussi, et ce qui devait arriver arriva : Ma mère se mit à y jouer avec ardeur. Elle aimait Tetris. On acheta ensuite Super Mario et Zelda qu’elle finit avant moi.

On avait comme amis dans notre cité une mère de famille divorcée élevant seule sa gamine Marielle, avec qui on avait sympathisé. Enfin surtout mon frère jumeau qui était son amoureux et n’arrivait pas a réfrener l’irresistible attraction qu’il suscitait sur Marielle jusqu’à ce qu’elle le force à se rouler sur les pentes herbeuses du parc de notre cité HLM en une étreinte passionnée. Dans l’appartement pratiquement sans meubles de la mère de Marielle, il y avait sous la télévision de marque Oceanic une Sega Master system. Pendant que les mamans discutaient des cancans du coin, les enfants jouaient à la console. Puis, je ne sais comment, ma mère se mit à s’intéresser aux consoles de jeu. Avant, elle passait des heures à jouer avec les potes de mon père aux cartes et aux échecs. A partir de ce moment,

Cette console lui plut tellement qu’elle acheta en 1994 je crois, la Super Nintendo. L’arrivée de Mario Kart créa l’hystérie à la maison…

Depuis, mes frères ont acheté une quantité innombrable de consoles. Playstation, Game Cube, Playstation 2, PSP, Nintendo DS, Wii, Playstation 3. Mes frangins sont encore accros aux jeux vidéos, et aussi aux jeux PC. Je me suis désintéressé des jeux vidéos. D’abord, parce que l’histoire me fournissait un bagage d’aventures et d’épopées comme les jeux vidéos ne savent pas en faire. Ensuite, parce que par fibre écologiste, je crois, je pensais toujours au devenir de ces objets : jetés dans la nature, polluant les sols, et gaspillant des ressources (terres rares, métaux précieux).

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s