Affaire DSK : vivement que ça se termine

Affiche contre les médias du mouvement des Indignados, très à propos.

Je ne dois pas être le seul à espérer un dénouement rapide de l’affaire DSK. Ce n’est pas tant le fond de l’affaire qui me fatigue, quoique, mais plutôt le tintamarre continuel et systématique des médias à chaque pas de M. Straus-Kahn en dehors de sa luxueuse maison de Tribeca. On sait qu’en France, les grands médias éprouvent une fascination pour les hommes d’Etat, mais quand même… Certains journalistes ont dépassé les bornes dès les premières heures de l’annonce de son arrestation à l’aéroport JFK à New York. L’article 9 du code civil sur la vie privée, on oublie. De toute façon on est aux Etats-Unis.

Point trop n’en faut. Oh oui, j’ai le choix d’éteindre la radio, de zapper sur NRJ12 plutôt que de rester sur I-Télé, mais je n’ai pas de télévision. Il n’empêche : où que j’aille, quoique je fasse, que j’aille sur les réseaux sociaux, sur Internet, il n’est pas un média, même insignifiant soit-il qui fasse état du récent rebondissement dévoilé par Le New York Times sur le possible passé criminel de la  « presumée » victime.

Acrimed a fait un chouette compte-rendu des dérives des médias lors du passage de Strauss-Kahn devant les juges, le 6 juin, ne desservant ni le présumé coupable, ni la victime. On touchait le fond.

Les effluves nauséabondes des trafics de Big Apple peuvent bien décrédibiliser la victime, il n’empêche qu’il s’est passé quelque chose dans la chambre de l’hôtel Sofitel de Manhattan, et la justice américaine devra démêler le vrai du faux.

Supposons que l’ancien patron du FMI soit innocenté cet après-midi même, nos scribouillocrates espèreraient alors une candidature à la primaire du PS, les inscriptions ferment le 13 juillet, c’est encore jouable mais ça ne fait pas les affaires des principaux candidats en lice : Martine Aubry, Ségolène Royal, François Hollande ! Wait and see

Et comme d’habitude, le rebondissement supplante les problèmes fondamentaux de notre société… Toujours et encore la sublime mécanique délirante de l’évènement, du fait divers, sans recul, sans nuance, sans retour. Le journalisme ? une « vocation(1) » au service de l’écume…. Américanisation du job, dira-t-on, effet de la mondialisation ; l’éthique, la déontologie, aux chiottes. L’esprit d’Albert Londres est mort. Le sensationnalisme lui est à son apogée. J’ose rappeller que la police et le procureur ont des « soupçons » vis-à-vis de la victime. Un « soupçon » c’est-à-dire une présomption de culpabilité sans preuves objectives. Alors on se calme et on attend le passage des protagonistes devant le juge ; cet après-midi et le 18 juillet….

A part ça, pour moi, l’info du jour c’est le début de rédaction de ma thèse hier. Oui, du concret, de l’égo-information, du local.

Moi, je tourne la page….et vivement que ça finisse pour la femme de chambre, pour Strauss-Khan, pour nos oreilles… Demain, le Tour de France débute.

(1) Comme Bourdieu, je ne crois pas à la vocation professionnelle, qu’elle soit journalistique ou enseignante car elle a une dimension élitiste et péremptoire.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s