La Russie il y a 100 ans : les photographies de Sergeï Prokudin-Gorski

Petites paysannes, 1909.

Il y a deux ans, un ami m’a fait découvrir quelques photographies restaurées d’un photographe Russe : Sergeï Prokudin-Gorski (1863-1644). Cet homme parcourut l’Empire russe avant la Première Guerre mondiale. Les photos qu’il en ramena son saisissantes de beauté et de mystère. Car l’Empire était vaste. Il allait jusqu’à la mythique Samarkand. Pour une biographie, la notice en anglais de Wikipedia s’en charge plutôt bien. La photographie est un « art moyen » selon Bourdieu. Dans le cas de notre photographe Russe, l’exploit technique, la couleur,  joint aux scènes de la vie quotidienne de la Russie du XXe siècle font que l’oeuvre de ce photographe dépasse cette notion pour arriver au statut envié de document historique. La couleur insuffle à ces clichés une étonnante impression de vie.

Sergeï Prokudin-Gorski : autoportrait près d'une rivière en Géorgie

Il étudia la chimie à Paris et Berlin. Il mit à profit ses connaissances de chimiste pour inventer un procédé de photographie en couleur, à base de trois filtres. Cependant, les photos ne pouvaient pas être imprimées sur papier, mais par lithographie, ce qui altère la qualité des couleurs. Dès le début des années 1900, Prokudin-Gorski voyage déjà en Russie : il se rend dans le Caucasse, au Daghestan et en Géorgie notamment, où il photographie paysages et hommes. Le succès de ses expositions arriva jusqu’au Tsar, qui lui donna pour mission de photographier son Empire, ce qu’il fit avec zèle entre 1909 et 1912, utilisant les moyens disponibles pour voyager en Russie : chemin de fer, cours d’eau…

Pendant la Guerre et l’arrivée des Bolcheviks, Prokudin-Gorski s’exila. Il s’installa à Paris en 1922 qu’il ne quitta plus jusqu’à sa mort en 1944. Il donnait des conférences à partir de ses clichés sur la Russie, mais n’exerçait plus d’activité professionnelle semble-t-il. En 1948, la Bibliothèque du Congrès à Washington DC aux Etats-Unis, racheta les épreuves de Prokudin-Gorsky à ses héritiers et entreprit une numérisation de 1200 clichés depuis 2004.

Il reste de la Russie impériale une galerie vivante et quasi anthropologique de la société avant la guerre : paysannes au champ, ingénieurs sur un chantier de barrage ou de voie ferrée,  coches d’eau et passeurs tel Charon sur le Styx, moines et soldats, aiguilleurs, guerriers du Caucase aux dagues brillantes, émirs d’un royaume perdu d’Asie Centrale, Juifs de Samarkand, médecins-charlatans Chinois et portefaix, trappeurs, mineurs…. Locomotives rutilantes et vapeurs aux ponts astiqués, monastères orthodoxes imposants, villages de bois pour moudjiks au fin fond de la Taïga, usines électriques, etc…  La Sainte Mère Russie telle qu’elle était au début du XXe siècle : une puissance militaire affirmée, une économie industrielle émergente, mais une société encore largement rurale et paysanne.

Le Monastère de St. Nil' sur l'île Stolobnyi du Lac Seliger (Au Nord Ouest de Moscou), 1910.

Tous les photographiés ont rendu l’âme depuis bien longtemps ; monastères et villages ont été détruits ou saccagés à l’époque Soviétique, pour laisser la place aux sovkhozes et aux kolkhozes,  à l’économie planifiée, au règne factice de la faucille et du marteau. L’Empire des tsars est tombé en quelques mois, entre février et octobre 1917.

L’intérêt documentaire de ces photographies n’est donc pas à prouver.La vue de ces paysages, de ces visages d’un monde qui n’est plus,  me laisse songeur : ce qui m’émeut le plus, ce sont ces yeux d’un bleu turquoise ou d’un noir profond vous dévisageant par delà le temps. Ils ont quitté ce monde depuis bien longtemps, pourtant, la photographie semble avoir été prise hier…

Marchand de toiles, Samarkand, 1911. Notez les vêtements et la façon dont les manches sont longues : influence chinoise

Types du Daghestan, 1904-1905

Pinkhus Karlinsky, 84 ans, 66 ans de service. Superviseur des écluses de Chernigov

Les photos sont visibles en petite taille sur le site Américain de l’Ecole d’Informatique Carnegie Mellon

Pour des photographies de plus grand format dont j’ai pris quelques photos  c’est ici...http://sechtl-vosecek.ucw.cz/en/prokudin-gorsky/sever.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s