Grand stade de Lyon

Sur les sites d’informations Lyonnais, il y a un sujet récurrent digne des Feux de l’Amour. Comme ce feuilleton, on n’a pas besoin de suivre. On peut revenir trois ans et avoir loupé 600 épisodes, on en est toujours au même point. Il s’agit du « grand stade »… Sans Nelson Montfort, sans Patrick Montel mais avec Jean-Michel Aulas en chair et en os.

L’OL et son président M. Aulas, veulent construire un stade à Décines. Il rencontre la forte opposition des élus locaux et de la population Décinoise. Plusieurs commissions chargées d’approuver ou non le stade comme d’utilité publique ne l’ont pas fait. Le principal reproche vient de la situation même du stade, sérieusement handicapée par un manque de  dessertes de transports à fort gabarit tel que le métro. Cependant, Aulas a pu être soutenu par Gérard Collomb, qui en ce moment, sentant sans doute le vent tourner se montre moins aux côtés de son ami, le président de l’OL.

Du coté de l’Etat, le premier ministre François Fillon ne semble pas se préoccuper du stade. Il n’a toujours pas fait publier la déclaration d’intérêt général qui pourrait lancer la construction du stade en permettant le financement mixte privé-public.  M. Aulas fait donc appel à Michel Mercier, garde des sceaux et président du conseil général du Rhône pour accélérer les choses. Le seigneur de Thizy devrait s’exprimer prochainement sur le grand stade de Décines.  M. Aulas, impatient, veut porter plainte contre l’Etat pour accélérer la déclaration d’intérêt générale de son stade. On appelle ça du chantage.

Il semble bien que ce projet de grand stade ait fait chuter la gauche lors des dernières élections cantonales dans les alentours de Décines. Dommage, le PS aurait pu ravir le Département à la Droite…

On ignore encore si ce stade sera construit, mais il accumule les obstacles contre lui :  ceux des riverains, des élus locaux, et même de certains supporters de L’OL qui souhaiteraient que leur équipe favorite reste à Gerland. Car le stade de Gerland cumule les avantages : une situation au coeur de l’agglomération, une desserte assurée par le métro bientôt prolongé jusqu’à Oullins, et prochainement par le T1 prolongé jusqu’à Debourg à quelques centaines de mètres du stade, la présence du boulevard périphérique et de parkings de grande capacité. Le coût d’une rénovation du stade de Gerland serait moindre que celle de la construction d’un nouveau stade. Si les structures sont classées monument historique, rien n’empêche de bâtir par dessus ou de les intégrer dans un projet architectural novateur.

Pourtant, le projet de grand stade est assez séduisant sur le papier 60 000 places, 22 000 m2 de panneaux photovoltaïques pour l’éclairage, un projet très développement durable, des parkings d’une capacité totale de 7000 places, gazonnés pour limiter la place du bitume dans un environnement très vert, puisqu’à proximité du parc de Miribel-Jonage.  C’est justement à cause de ce voisinage que des associations écologistes sont contre le projet : le parc de Miribel est aussi une réserve ornithologique d’importance sur le chemins migratoires d’oies et autre volatiles. Les nuisances créées par le stade : éclairage, clameurs, pourraient pertuber les oiseaux sur les plans d’eau du Grand Large et au-delà.

En dehors du stade, le projet de centre commercial semble abandonné. L’agglomération en est déjà saturée. En revanche, on pourrait compter sur les terrains d’entraînement, le siège d’OL groupe, un centre de loisirs, deux hôtels…

Quant au coût du projet, il est estimé à environ 640 millions d’euros pour la globalité du projet, dont 450 millions pour le stade lui même et 180 à 190 millions d’euros pour les aménagements d’accès (tramway, voirie), et supportés par les collectivités locales. Donc plus de 800 millions d’euro pour permettre à 60 000 personnes d’aller voir un match de football 35 jours par an, environ.  Pour l’OL, les retombées économiques seraient de plus de 100 millions d’euro par an, et donc le groupe OL peut tabler sur un retour sur investissement assez rapide.

Je peux en déduire que quand on a besoin d’argent, ce n’est pas cela qui manque quand le profit, toujours proche est certain d’arriver dans des poches déjà bien pleines…  Ce projet m’intéresse uniquement dans le sens que mes impôts, plutôt de servir l’intérêt général ira financer la desserte publique d’un lieu privé et au-delà les intérêts économiques d’une excroissance sportive et juteuse d’une société du spectacle que je réprouve aux valeurs ignobles. Je crois que je ne mettrais jamais un pied de ma propre initiative dans ce stade si il est construit.

L’obsession toute Lyonnaise du « rayonnement » international de Lyon trouve dans le grand stade un de ses plus brillants exemples de crétinerie économique.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s