Retour sur l’exposition Cretey

 

Cretey, l'ascension du Christ

Avant la lecture de ce billet, il  est recommandé de lire celui de Solko qui a vu lui aussi l’exposition.

J’ai vu cet exposition par un après-midi d’octobre à l’heure du déjeuner. Il n’y avait pas grand monde, dans les salles d’exposition du Musée des Beaux-Arts. Les gardiens faisaient les cent pas perdus dans de profondes pensées. A la vue des premières toiles de Cretey, je me suis dit que oui, malgré la publicité faite autour de ce peintre par l’exposition, il reste en-deça de bien d’autres peintres Lyonnais de naissance ou d’adoption. On ne trouve pas ici ce « classicisme » qui marque l’oeuvre d’un Poussin, ou d’un Blanchet, celle d’un peintre « savant » vanté par Félibien ou Spon, où l’artiste introduit dans ces oeuvres ces éléments architecturaux ou artistiques tirés de références littéraires ou historiques greco-romaines.

Chez Cretey, on trouve des thèmes religieux ou consacrés aux Apôtres ou aux Pères de l’Eglise : Saint Jérôme  et Saint Guillaume d’Aquitaine sont ainsi sur-représentés dans les toiles exposées. Pour les scènes mythologiques, l’éducation d’Achille par le satyre Chiron a été peint plusieurs fois par le peintre.

Certes, Il y a certes une homogénéité dans le style : j’ai remarqué des erreurs dans les proportions, Cretey a du mal à peindre les corps d’enfant, mais aussi parfois les hommes tous courts qui paraissent bodybuildés. On distingue parfois des corrections sur un des membres de Saint Jérôme ou d’un autre sujet. Les paysages en fond de toile  paraissent grossiers, il en est de même pour les rares éléments architecturaux. Cretey ne fait pas dans le détail, tout a un goût d’inachevé, les drapés sont traités a minima, les visages sous les touches successisves n’ont pas cette netteté que l’on trouve chez d’autres artistes contemporains. Cependant, Cretey démontre toutefois une bonne  maîtrise du clair-obscur. Cretey se distingue sur ce travail de la lumière et des contrastes, mais de là à parler de ténébrisme ! N’est pas Caravage qui veut. La composition des tableaux est parfois gâchée par une trompette d’ange trop près d’un visage, ou une ombre trop appuyée qui gâche l’appréciation des arrière-plans., indépendamment du chiaroscuro. Pour les toiles traitant des paysages, J’ai aussi remarqué comme Solko une « obsession de la diagonale » dans les regards, dans les postures. Elles ne sont pas sans rappeller celles du XVIe siècle maniériste. Les toiles de paysage ssont rares ou intégrés à des sujets d’inspiration religieuse, comme la vision de Saint Bruno. Des paysages aux cieux inquiétants, aux reliefs escarpés, à la végétation foisonnante…

J’ai été marqué par la façon dont Cretey traite des visages, et notamment les yeux, globuleux, plus esquissés que véritablement traités. Les expressions de certains sujets, sont malgré tout assez proches d’un visage à l’autre.

On peut voir en Cretey un précurseur de la peinture rococo,  par une rupture dans le choix des couleurs (symboliques) et des compositions (diagonalité et postures lascives) qui présidaient la peinture française du XVIIe siècle (Champaigne, Poussin), faisant de Cretey un artiste à cheval entre la peinture du Grand Siècle et la peinture du siècle suivantLe format des toiles varie selon les commanditaires. Cependant, il est important de recontextualiser Cretey à  la mesure de son oeuvre : un peintre Lyonnais qui a travaillé pour des  clients essentiellement lyonnais. A Rome, je m’interroge sur les motivations des commanditaires des toiles alors que la Ville Eternelle comptait des peintres plus talentueux.

A propos de la Bacchanale, où l’on demande son avis au visiteur au sujet de l’être difforme représenté, je n’ai pas d’idée bien précise. Il peut s’agir d’un nain ou d’un homme malformé. Je ne crois pas à l’idée d’une allégorie.

Dans le livre d’or en fin d’exposition j’ai souri en lisant cette remarque d’un visiteur « trop de religieux ». Le problème est que les congrégations et ordres religieux de la ville de Lyon constituèrent ses principaux clients ! Il est donc normal de voir dans la soixantaine de toiles exposées un nombre élevé d’oeuvres à connotation chrétienne !

Au final, l’exposition permet de découvrir un peintre méconnu, mais un peintre à l’oeuvre de qualité inégale, malgré un style original. Je trouve que ce style, tant dans le rendu des formes, que dans la précision de la touche paraît parfois très approximatif. Cependant, Cretey se distingue par un travail intéressant sur la lumière. Je dois avouer que je n’ai pas ressenti beaucoup d’émotions devant ses toiles, et que l’esthète qui réside en moi a été relativement insensible au style Cretey. ; et je suis en désaccord avec ceux qui affirment que Cretey est le plus grand peintre lyonnais de son siècle. La vue et l’ampleur du travail de Blanchet suffit amplement à récuser cet éloge exagéré.

Publicités

Une réflexion sur “Retour sur l’exposition Cretey

  1. « trop de religieux » : c’est aussi la remarque du donneur d’opinion que le siècle, ses sondages et ses micro-trottoirs ont créé de toutes pièces, et qui juge tous les temps à l’aune du sien. Je n’aime pas trop ces livres d’or à vrai dire, et ne l’ai pas signé.

    « N’est pas Caravage qui veut », ça c’est certain. N’est pas Stella non plus. Ceux qui affirment que Cretey « est le plus grand » ont affirmé la même chose d’un autre et l’affirmeront d’un nouvel autre dans quelque temps. N’ayons pas le virus du classement.

    Pour ma part, ce caractère approximatif du rendu que vous signalez – et avec lequel je suis d’accord – ne m’a pas dérangé dans la mesure où il contrastait avec l’économie parfois sévère de la composition. Reste à savoir s’il est le fruit d’un choix assumé ou d’une incapacité à faire mieux (et je pencherais pour le second)
    Nous sommes en gros d’accord. Mais pour la cohérence de l’univers proposé par ce peintre,pour l’imprégnation qu’elle permet de cet univers, l’expo valait la peine d’être montée.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s