Soutien aux CNP

Je transmets le message reçu ce matin, contre la fermeture de 2 CNP Lyonnais sur 3.

Bonjour,

Les employés des CNP et l’association « Les Inattendus » organisent le SAMEDI 5 SEPTEMBRE 2009 une journée de protestation contre les conditions de fermeture de l’Odéon, et de soutien aux CNP et à leurs employés. Rappelons qu’en pleins mois d’août et congés des employés, sans qu’aucun d’eux n’ait été prévenu, la salle a été vidée de son matériel de projection (expédié par Galeshka Moravioff, PDG des CNP depuis 1998, dans une de ses salles marseillaises), de ses fauteuils et de tout ce qui pouvait y avoir quelque valeur.

Le 5 septembre, nous vous donnons rendez-vous PLACE DES TERREAUX à partir de 9H30.

Afin que cette journée soit à la mesure de l’indignation suscitée par la fermeture de l’Odéon et de l’inquiétude ressentie pour le sort des deux autres sites des CNP ainsi que des personnes qui y travaillent, et qu’elle constitue une manifestation marquante et efficace de cette indignation et de cette inquiétude, il faut évidemment qu’elle regroupe un nombre aussi important que possible de participants ! D’autant que, plus généralement, c’est la question de l’existence de cinémas indépendants dans la Presqu’île lyonnaise, mais aussi la pérennité à Lyon de la diffusion de tout un pan du cinéma (qui ne se cantonne pas à l’Art et essai dit « porteur ») que pose cette triste affaire.

Nous en appelons à votre confiance : de concert avec les employés, nous allons tout faire pour que cette journée soit à la fois dynamique, mémorable ET cinéphile ! A la stupéfaction qu’a provoquée la fermeture abrupte de l’Odéon, nous tenterons de répondre par de très heureuses surprises, qui soient à la hauteur de l’amour et de l’admiration qu’on peut porter au travail de transmission cinématographique des CNP.

Nous insistons sur le fait que cet événement se déroulera sur la journée entière, aussi nous vous invitons à la réserver pour celui-ci.

Un repas collectif aura lieu à midi : merci de bien vouloir y contribuer en boissons et/ou nourritures terrestres ! Par ailleurs, chacun pourra librement participer aux frais de la journée.


En attendant, vous pouvez émarger au comité de soutien créé par les employés des CNP en vous rendant sur l’un des deux sites encore en activité : le CNP Terreaux (40 rue Président-Edouard-Herriot Lyon 1er, Métro Hôtel de ville) ou le CNP Bellecour (12 rue de la Barre Lyon 2ème, Métro Bellecour). Si vous ne pouvez pas vous y rendre avant le 5 septembre, voici l’adresse du comité, à laquelle vous pourrez laisser vos nom, prénom, adresse postale et électronique, message de soutien :

collectifsoutiencnp@gmail.com


MERCI DE DIFFUSER CETTE INFORMATION AUSSI LARGEMENT QUE POSSIBLE !

***

Bonjour,


Je viens de recevoir un mail annonçant cette mauvaise nouvelle du démantèlement du CNP de Lyon. Cette méthode de désossage pendant l’été du cinéma parle pour elle-même : c’est une chose honteuse faite en cachette et qui interdit tout rattrapage. Comment dire mon accablement ? Je suis venue à plusieurs reprises présenter mes films au CNP et j’ai toujours eu l’impression que c’était une des meilleures salles de cinéma de France. (Et donc du monde!) Parce que non seulement la programmation y était faite avec goût, style et passion mais aussi parce que l’intelligence et le savoir de Marc Artigau donnaient toutes leurs chances aux films présentés, il connaissait le public et le guidait comme un véritable passeur ouvrant sans cesse ses horizons non pas seulement vers « le pointu » mais vers les grands larges de l’actualité du cinéma, du répertoire, de la recherche. Les films qu’il présentait restaient plus longtemps qu’ailleurs, y étaient en égalité commerciale, artistique les uns avec les autres, il adaptait continuellement les séances comme un grand cuisinier, pour que chaque film rencontre son public. Les débats, la presse qu’il convoquait faisaient du film un événement, un lieu de pensée, de rencontre. Il rendait à chaque film son ambition d’être un nouveau pas dans la découverte de « ce que peut le cinéma », de ce qu’il nous donne à concevoir, à éprouver, à découvrir. Et ce non pas comme un médium d’information ou de pur spectacle mais comme ce qu’il est avant tout , un moyen inouï de représentation de la vie, du monde. Chaque fois que j’entendais chanter le couplet annonçant la fin du cinéma, l’apocalypse promise de l’exploitation des films, je prenais l’exemple du CNP, et de quelques autres salles-miracles, où la passion avait réussi à créer un véritable lieu de culture, de vie, de discussion. Où la création était d’abord du côté du spectateur.

Le terrasse ment généralisé par les monopoles ont pour effet de m’empêcher cet été de voir, en étant dans le Var, le film d’Alain Guiraudie, « Adieu Gary », « Partir », et tant d’autres qui pourtant sont la véritable actualité cinématographique. C’est donc une censure qui s’installe, sous couvert de faillite économique due non pas aux amateurs comme Marc Artigau et son public, mais à l’incompétence de ceux qui veulent la mort du cinéma, sans même être capables d’en faire quelques dollars de plus…


Claire Simon, cinéaste

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s