Le badinage

de Marin Marais… La viole de gambe est avec le piano, mon instrument favori. Des sonorités vibrantes, émouvantes, galantes mais sobres à la fois, exprimant avec une certaine justesse tous les états d’âme de l’Homme.

Le morceau ci-présent reflète l’état d’esprit de ces jours : présent tout en étant absent, et badin tout en restant galant homme.

Ah oui, et il faudra un jour que je parle de Quignard , de Cornea, de Tous les matins du monde. Mais pour le moment, je vais m’adonner à Morphée.
Et j’achève par ces lignes mon 401e article.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s