Une nuit claire

Le mois de juin. La Camargue resplendit. Les champs de blés sont prêts à être moissonnés dans la basse Vallée du Rhône.

J’ai passé un court séjour au Grau-du-Roi en compagnie de mes parents. Nous partîmes dans la nuit de vendredi à samedi, très tôt, ou très tard : 2 heures du matin. Conduire à cette heure là sur une autoroute quasi déserte fut un plaisir pour mon père. Quant à moi je regardais les étoiles et les paysages à peine éclairés par une demie Lune très lumineuse.
Nous arrivâmes vers les 5 heures du matin, alors que le Soleil s’apprêtait à surgir à l’Orient et nous débusquer au bord des étangs gardois. Depuis Gallargues jusqu’à l’entrée du Grau, une silhouette ne nous lâcha pas : le Mont Ventoux. Je fus impressionné de voir sa masse sombre au lointain, depuis la mer ou presque. L’hiver dernier, c’était le Canigou, qui, à l’autre extrémité se montrait au crépuscule. Je l’avais pris en photo. Or, comme mon bridger est cassé, et que mon appareil compact ne peut zoomer correctement, je n’ai pas pu photographier le Ventoux… ni la tour de Constance d’Aigues Mortes dans l’axe exact du massif. Quel formidable cliché j’aurais pu obtenir ! Il m’aurait comblé.

La journée de samedi a été occupée : bronzage, plage, pédalage jusqu’à l’Espiguette en accompagnant mon coureur de père, et un bon plat de sardines fraîches avec un jus de citron et de l’huile d’olive. Un goûtt de vacances, que je ne pourrai avoir cette année encore.
Je nourris un rapport affectif avec cette Méditerranée, et je la quitte toujours difficilement. Cette fois ci plus encore puisque le temps estival m’a fait regretté de ne pouvoir rester plus longtemps.
Lorsque nous somme revenus, le temps orageux et lourd nous attendait à Myrelingues.

J’ai encore plus apprécié ce séjour à la lumière d’une amie, chagrinée de la perte d’une proche, fauchée à 28 ans par une rupture d’anévrisme, enceinte, et mère d’une petite fille de 2 ans. Mes pensées vont à celles et ceux qui disparaissent, toujours trop tôt, victimes des coups du destin et de la maladie. Plus que jamais j’essaie de profiter de la vie…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s