Relations étranges

M. Sarkozy en Algérie c’est toujours un grand moment. La dernière fois qu’il s’y rendit, l’Eté dernier si j’ai bonne mémoire, on vit un président boire un lait de chèvre et manger quelques dattes : c’est une des traditions de l’hospitalité Algérienne. Plus que de dattes et de lait, plus que de relations étrangères, il s’agit aujourd’hui de relations étranges entre notre omniprésident er la raïs d’Alger. D’un côté, le VRP de la République, président le plus démocratiquement élu de la Ve république, se rend à Alger signer des contrats chez un président malade aux pouvoirs étendus, seul candidat d’une élection, qu’il remporta, représentant un parti hégémonique et sclérosé.

Depuis quelques jours, Sarkozy se démarque de ses « alliés » anciens ou nouveaux, quitte à faire quelques concessions à la démocratie : il reçoit Chavez à l’Elysée à propos des otages de Colombie ( ce qui je l’avoue est une nécessité pour sortir Ingrid Betancourt de la forêt), il félicite Poutine pour sa victoire quasi stalinienne aux élections législatives de Russie et fait un quasi acte de repentance pour la France en Algérie. Ces trois régimes sont des régimes présidentiels forts. Peut-être que M. Sarkozy s’en inspirera pour ses réformes constitutionnelles, au détriment du Parlement.
Réjouissons-nous cependant le non au Referendum vénézuelien permet à Chavez de ne pas renforcer un pouvoir déja très important, il montre le limites de ses réformes. Et plus important, Chavez est obligé de respecter ce choix des Vénézueliens et la jouer profil bas. Moralité : le Venezuela est un pays plus démocratique que la Russie, enfin, pour le moment.

Tout ce qui touche à l’Algérie me concerne plus ou moins. Je suis fils pied noir par ma mère, je me sens concerné par ces propos, ces bonnes intentions. Depuis quelques années, l’Algérie semble relever la tête sur le plan économique. Il est clair que la politique de Bouteflika, malgré des critiques indéniables, a portée cette reprise, mais il ne faut pas se voiler les yeux : pauvreté toujours existante, problème kabyle dont le gouvernement nie la spécificité culturelle et linguistique, l’islamisme radical toujours présent, puritanisation de la société, chomage ahurissant, corruption, népotisme…. Cela dit, le climat est nettement plus sain qu’il y a dix ans. Si bien que je pense même me rendre à Annaba (anciennement Bône, et plus anciennement Hippone), honorer mes ancêtres…

Pour ce qui est de la colonisation, Sarkozy a pas d’excuses à rendre. Ce discours purement rhétorique n’intéresse pas les Algériens. L’Europe n’a pas à s’excuser pour les fautes des siècles passés. Ces actes de repentance m’exaspèrent. Et puis, l’Algérie doit s’expliquer pour les propos antisémites récents tenus par un ministre.
A l’inverse, les soi disant aspects positifs de la colonisation sont loin d’être évidents. Mais rappellons un fait : l’image stérétotypée du colon, concernant l’Algérie est partiellement fausse : en 1962 elle ne concernait que 20 000 personnes, le reste des 800 000 pieds noirs Algériens étaient pour la plupart des gens des classes modestes ou moyennes, et ne « colonisaient » pas, ils venaient d’Espagne, d’Italie, de France pour échapper à la misère, à la famine, aux grands propriétaires, et ils y arrivèrent pauvres. Ils devinrent Français, sortirent de l’ornière. A l’indépendance, ils préfèrerent venir en France, sur un sol qu’ils ne connaissaient pas plutôt que de rester en Algérie. Paradoxe que ces immigrés installés en Algérie, rapatriés en Métropole sur une terre qui leur était étrangère…
Je n’ai pas de nostalgie de l’Algérie. J’ai un pincement au coeur quand je pense à mes grands parents qui ne purent jamais faire un voyage là-bas…

Pour revenir à M. Sarkozy, la revue Esprit consacre un numero sans complaisance sur le sarkozysme, Il est disponible en kiosque. Les auteurs de cette revue expriment l’hostilité des intellectuels pour le président, qui pour sa part, ne les porte pas dans son coeur… Je lis un article par jour à la bibliothèque. Je conseille l’article « sociogéographique » sur Neuilly qui en dit long sur notre président, qualifié d’atopique, sans lieu…

Advertisements

Une réflexion sur “Relations étranges

  1. Hé hé… Comme tout cela est joliment écrit! Vous oubliez de dire que Poutine était déçu(!) du score de Russie Unie aux dernières législatives. Il espérait sans doute des scores à la Niazov, une ordure heureusement disparue depuis un an maintenant, mais ce n’est pas pour ça que le sort des Turkmènes s’est amélioré pour autant.Dans la même veine, nous avons aussi une blonde Ioulia Timochenko, sûrement une des femmes les plus douée de sa génération en matière de tresses (vous remarquerez également qu’elle fait souvent partie des porteuses de colliers de perles), qui a raté le poste de Premier Ministre d’Ukraine d’une seule petite voix. Tous les pro-russes doivent s’en frotter les mains…J’ai une pensée émue pour votre collègue dont un bout de doigt a terminé sa carrière dans un frigo de cafet’. C’est vraiment moche… et la façon dont elle n’a pas été prise en charge est pitoyable.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s