Chercher Dieu dans le silence

Hier soir, je rentrai du travail, j’ai allumé la télé, pour me détendre. Je suis tombé en zappant sur Arte (je ne dirai jamais assez combien cette chaine est la plus intéressante du PAF) qui diffusait un film sur l’ordre cartusien, c’est-à-dire les Chartreux.

Ce documentaire, s’appelle Le grand silence. Je n’en ai vu qu’un petit bout, mais ce que je sais après quelques recherches sur google, c’est que ce film dure près de 160 minutes dans un silence quasi intégral. Le réalisteur Phillip Göring est Allemand et a vécu au plus près des moines. Il a reçu l’autorisation de filmer à condition qu’il soit seul, qu’il n’y ajoute ni musique, ni commentaires, ni interview, mais on n’empêche pas les moines de parler au réalisateur sur eux-mêmes si ils le désirent. Le film a été primé au festival du film (indépendant) de Sundance en 2006. Ce n’est pas un film New Age pour Bobos en quête de spiritualité. C’est un documentaire, certes esthétisant dans ses choix de cadrage. mais il s’attache surtout à montrer la vie silencieuse et contemplative des Chartreux dans les prières incessantes et les activités quotidiennes, dans la maison mère de l’Ordre, près de Grenoble : la Grande Chartreuse.

L’ ordre chartreux est un ordre contemplatif, mi-cenobitique/mi érémitique, où le silence, et la prière sont les deux piliers d’une règle de vie (constitution) édictée il y a neuf cent ans par Saint Bruno puis Guigues. Les travaux manuels, dans le silence le plus complet sont aussi de mise, et je ne parle par de la liqueur qui permet de donner des subsides à l’Ordre. Il y a quand même des moments où les moines peuvent parler, lors de sorties régulières, et deux fois par an à leur famille. J’ai été ému à l’extrême par le cadrage de quelques moines, face camera qui durait environ 30 secondes, dans un silence total. Parmi eux, de vieux moines grabataires, un est aveugle, et il a parlé dans des termes si simples de sa foi, et de Dieu, aucune interrogation, aucun doute.

Un passage du film, montre dans l’église du monastère la méditation extrême dans laquelle peuvent entrer les Chartreux. Vie retirée du monde dans un dialogue intense avec Dieu, détâché du matérialisme de l’ Occident capitaliste. De même, le silence. Qui se soucie du silence, on en a peur, mais il peut se cacher des richesses insoupçonnées… Au-delà de la communication, il y a ce qu’on ne peut communiquer, mais ressentir, ensemble, sans parler.

Je suis fasciné par cet ordre religieux depuis gamin… Et puis, quelle motivation à passer sa vie dans le silence, et la prière incessante, répétitive, pour chercher Dieu ? Je suis admiratif et respectueux.

Mon dialogue avec Dieu est beaucoup moins intense, mais j’ai la foi, et elle se solidifie avec le temps, j’y adhère de mon plein gré après une période d’athéisme virulente. Un passage de ma vie assez douloureux, et une sorte de révélation a servi de révélateur. C’était en l’an 2000. Je l’expliquerai plus tard.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s