Le bouclier de Scipion

Cliché : Wikimedia France.

Cliché : Wikimedia France.

Parmi les splendides pièces exposées au musée du Département des Médailles, monnaies et antiques de la Bibliothèque nationale de France, rue Richelieu, figure le "bouclier" de Scipion"

Ce bouclier a une histoire bien singulière. Trouvé dans le Rhône par des pêcheurs entre Arles et Avignon en 1656, il fut acheté par le riche marchand soyer lyonnais Octavio Mey qui l’exposa dans ses collections de curiosités pendant des années. Il fut une curiosité qu’on s’empressait d’aller admirer à Lyon, dans la maison de Mey qui demeurait montée des Capucins, l’actuelle montée des Carmes déchaussés. La maison semble toujours debout et intégré à l’ensemble scolaire des Maristes. Elle était richement décorée. On y comptait notamment des peintures murales de Gaspard Dughet, le fils adoptif de Nicolas Poussin avec qui on confond souvent ses toiles. Louis XIV s’y rendit en 1658, Mabillon alla le voir au mois d’avril 1685, Jacob Spon fit pas moins de cinq dissertations sur le sujet, les héritiers de Mey n’ayant pas le gout de l’Antique, le bouclier fut offert au roi Louis XIV par le gendre du marchand, Guillaume Pylata, en 1697. Depuis, il est conservé au Cabinet des médailles.

L’objet en lui même est une pièce peu commune. Il s’agit d’une des plus grandes pièces d’argenterie de l’Antiquité qui nous est parvenue. D’un poids de 10 kilogrammes et d’un diamètre de 71 centimètres, le disque s’impose comme une pièce d’exception à la scénographie complexe et aux détails fins et précis. Pourtant, le plat est daté de la fin du IVe siècle, à l’époque où l’art romain semble renoncer au réalisme des proportions du corps, pour aller vers une esthétique allégorique et symbolique.

Détail : Briséis, cliché pris en mai 2010.

Détail : Briséis, cliché pris en mai 2010.

L’esthétique du bouclier est nettement orientale, La chevelure bouclée des personnages, et les drapés indiquent une influence de l’art hellénique, en particulier les monnaies; La composition en fait cependant une oeuvre de l’Antiquité tardive , avec Scipion représenté au centre du bouclier assis, tel le dominus et deus, le corps de 3/4 face mais la tête de profil, dispensant ses libéralités Le manque de profondeur de la pièce est lui aussi typique de l’art du temps. L’ornementation à l’extérieur du disque comme le décor architectural à l’arrière-plan laissent penser que le bouclier a été fabriqué à Constantinople ou dans un atelier de l’Empire romain d’Orient. Le bouclier est fabriqué à une époque charnière, où s’affirme le premier art byzantin.  Cependant, la représentation des corps reste fidèle à un certain réalisme des proportion, il ne cède pas à une simplification iconographique propre aux styles de l’art romain?

Au XVIIe siècle, on ne s’imaginait pas que ce bouclier fut ciselé à une époque si proche du "gothique", cet art si décrié puisqu’éloigné des préceptes architecturaux greco-romains tels qu’édictés par Vitruve. On pensait que le bouclier avait été fabriqué à l’époque "consulaire" c’est-à-dire dans les dernières siècles de la République romaine, ou au début de l’époque impériale. Mais les boucles de cheveux, la forme du visage et les postures importaient moins que la "facture" générale de l’objet, que l’on ne pouvait penser de l’Empire tardif. D’ailleurs, le sujet n’est-il pas tiré de l’époque glorieuse de la seconde guerre punique ?

Spon et plusieurs de ses contemporains proposaient de voir la représentation la "continence de Scipion" : Scipion l’Africain restituant une captive Ibère à Allucius lors de son proconsulat en Espagne vers 210 avant Jésus-Christ, après le siège de Carthagène. Winckelmann vit plus juste : le bouclier représente la restitution de Briséis à Achille par Agammenon. Le classicisme du thème peut étonner alors que le christianisme triomphe dans l’Empire. Il révèle un attachement à la culture greco-romaine de la part des artisans l’ayant confectionné, un signe de filiation à l’esthétique naturaliste d’antan.

Le Bouclier est toujours exposé au musée du Cabinet des Médailles de la Bibliothèque nationale de France.

About these ads

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s